Le point sur mes dernières lectures (Pas du tout à jour !)
 http://prix-audiolib.frh
Ce blog est membre du Jury Bloggueurs Prix Audiolib 2017

Bienvenue a toutes et tous

Le saviez-vous ? :
Régulièrement, les articles consacrés aux lectures (livres / livres audio) font l'objet de mises à jour de même que les listes de livres chroniqués ainsi que la pile à lire.

Je vous invite a consulter ces rubriques aussi souvent que possible. Bonne visite !

Rechercher dans ce blog

lundi 20 février 2017

Marcel AUDIARD - Le cri du corps mourant



Livre lu en Février 2017
Partenariat éditions Le Cherche-Midi


Pourquoi j'ai choisi ce livre ?
Très souvent la quatrième de couverture, voire la couverture elle-même joue un rôle déterminant dans le choix d'un livre. Ici ce fut le cas et les mots "Thriller", "corps mourant" et "Audiard" ont résonné en moi comme l'occasion d'une nouvelle découverte.

Quatrième de couverture :
François, dix ans, est kidnappé. Sa sœur Puce, quatorze ans, flanquée de quatre camarades de classe, mène l’enquête en parallèle de la police.
• Les ados : collégiens trublions et fouineurs qu’on ne souhaite pas à son pire ennemi. Petit problème avec l’autorité.
• Les flics : brouillons et goguenards. Gros problèmes d’autorité.
• Les truands : fins de race. Nostalgiques du milieu d’antan. Les zéros sont fatigués et les putes ne sont plus ce qu’elles étaient.
• Paris 18e, quatrième personnage de l’histoire. Pérégrinations à flanc de Montmartre.
De l’Audiard troisième génération en Marcel et grand braquet.

Mon avis : 
Alors, ce cri du corps mourant, ne m'a pas séduit. 
Je m'attendais à un thriller comme je les aime, avec une certaine tension et une courbe de lecture montante et oppressante, je n'y ai vu qu'un polar parfumé a l'argot et plutôt enlevé. Et lorsque le style est trop "enlevé" dans un livre, hormis les romans "feel-good" quand j'ai envie de déconnecter du quotidien, ça ne passe pas du tout. En fait, c'est plus un polar qu'un thriller... (Piège de la couverture ?) C'est très parisien, ça sonne ancien avec ces mots venus d'un autre temps. Je vous avoue tout de même que mon plus fidèle compagnon pour lire ce livre a été mon dictionnaire. Devais-je m'y attendre ? Je crois que non. Je me suis toutefois laissé le bénéfice de la découverte, une découverte qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. Tant pis, j'aurai essayé mais on ne m'y reprendra pas. 
Je remercie toutefois les éditions Le cherche-midi pour l'envoi de cet ouvrage. 

**

Vidéo de présentation Éditeur : 

Bonne soirée ! 

dimanche 19 février 2017

Dimanche citations #37 et #38 : double ration de citations...

Bonsoir a tous !

Vu que dimanche dernier, j'ai honteusement omis de vous partager le rendez-vous citations, je vous offre une double ration de citations inspirantes en ce dimanche soir !

C'est parti :
Certaines personnes ne méritent pas notre sourire et encore moins nos larmes
Charles BUKOWSKI

" Le langage des yeux. Quel doux dialogue, quelle merveilleuse cascade d'idées, dites dans le silence."
Serge Côté

Etre heureux ce n'est pas vivre dans certaines conditions, c'est cultiver certaines attitudes.
Hugh Downs

Puisse vos beaux yeux ne jamais pleurer et vos lèvres sourire sans cesse.
Alfred DE VIGNY - Chatterton

La vie est belle.
Du moins elle pourrait être pire.
Tellement pire.
Barbara ABEL – L’innocence des bourreaux

Le passé nous étouffe dans les regrets et les remords. 
Le futur nous berce d’illusions. Apprécions le soleil qui se leve, réjouissons nous de le voir se coucher. Arrêtons de dire « Il est trop tot » ou « il est trop tard » : le bonheur est là. Il est l’instant présent.
Bruno COMBES – Seulement si tu en as envie

Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. 
C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaitre sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain.
Roland Dargelès

L'amour est un plat tonique
Jean RICHEPIN – Caresses

La beauté d’un lieu m’intéresse si et seulement si à l’intérieur se  trouvent des gens. Et réciproquement un visage, une silhouette, un vêtement deviennent des rencontres à cause du lieu dont ils sortent pour entrer chez moi, en moi.
Jean Noel ORENGO – La fleur du capital.

Le monde appartient aux optimistes, les pessimistes ne sont que des spectateurs. 
Jules BARBEY D'AUREVILLY

Bonne soirée !




vendredi 17 février 2017

Lani Hall - Time will tell



Voila pour vous le petit titre du jour, jolie découverte cette semaine !
En attendant de nouvelles chroniques littéraires qui devraient pointer le bout de leur nez dans les jours a venir, c'est promis !

Belle journée / Soirée / Nuit !

mercredi 15 février 2017

lundi 13 février 2017

INFOGRAPHIE : Les avantages de la lecture


Voila une petite infographie que j'ai bien aimé, trouvée par hasard sur les réseaux sociaux.
Je vous la partage ! Un peu de retard dans les chroniques ces temps ci, mais ne vous inquiétez pas, vous avez eu un petit avant gout de ce qui vas arriver dans les prochains jours... et je vous garantis qu'il y'a beaucoup de belles choses. De mon coté, je me partage entre lecture et corrections du blog pour vous donner un contenu tout beau tout propre !

dimanche 12 février 2017

Philippe BESSON - Arrête avec tes mensonges


Livre lu en Janvier 2017
Partenariat avec les éditions Julliard





Pourquoi j'ai choisi ce livre :

Ce qui m'a intrigué dans le choix de ce livre, c'est tout d'abord le titre "arrête avec tes mensonges" et l'idée que je m'étais faite que quelqu'un pourrait dire au romancier "arrête de mentir dans tes romans".
Ensuite c'est l'idée de découvrir pour la première fois un livre de Philippe BESSON, l'an dernier, j'ai beaucoup lorgné "Les passants de Lisbonne" sans jamais me le procurer, j'en avais d'ailleurs vu un extrait dans les citations quotidiennes qui passent sur Facebook. Cela sera peut-être chose faite que de lire ce livre un jour... le texte de la quatrième de couverture du présent ouvrage m'a également intéresse.... et je remercie le Service Presse des éditions Julliard de m'avoir envoyé ce livre.

Quatrième de Couverture :
Quand j'étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter "arrête avec tes mensonges". J'inventais si bien les histoires, parait-il, qu'elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J'ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier.
Aujourd'hui; voilà enfin que j'obéis à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre.
Autant prévenir d'emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale.
Mais un amour quand même.
Un amour immense et tenu secret.
Qui a fini par me rattraper.

Vidéo de présentation éditeur : 



Mon avis :

Lorsque j'ai commencé la lecture de ce livre, je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre et je suis tombé bien loin de mon idée de départ, exposée plus haut, je me suis senti un peu mal à l'aise au début de l'ouvrage car je n'avais jamais lu de livres sur le thème exposé dans ce livre. J'étais à la fois loin de ma première idée mais pas trop... En effet, "Arrête avec tes mensonges" c'est un livre vérité sur un amour tenu secret, un premier amour, une relation amoureuse entamée 25 ans plus tôt entre l'auteur et Thomas. Entre deux adolescents que tout oppose : l'un est plutôt studieux et réservé, l'autre plutôt rebelle. L'un ne va pas accepter cette relation et l'autre, plutôt hypersensible, qui connait sa différence, va chercher à la cultiver, et va vouloir vivre cette relation envers et contre tout. Dans les années 80 c'est encore un tabou, mais c'est un amour qui aura a jamais marqué la vie de l'auteur puisque la personne qu'il va rencontrer va lui rappeler ce premier amour. Un amour blessant, clandestin. Le genre d'amour si fort qu'on ne peut le vivre qu'une seule fois dans une vie, des instants voués à disparaître à jamais. Ce livre c'est aussi une occasion de rendre hommage et d'expliquer peut être une sorte de lien entre tous ses romans précédents et une façon de découvrir Philippe BESSON autrement pour ceux qui le connaissent.
Une bonne lecture du mois de janvier, dans laquelle, la plume touchante et sensible de l'auteur, fait de ce texte un roman poignant sur la difficulté d’être soi dans certains contextes sociaux ou familiaux. 




Quelques citations :
On ne se défait pas de son enfance. Surtout quand elle a été heureuse.

(...) les gens de l'Education Nationale devaient penser qu'il fallait nous protéger du présent, nous enfermer dans le passé, nous obliger à connaitre nos classiques, à nous maintenir dans notre état de petits singes savants (...)

Avez-vous remarqué comme les paysages les plus beaux perdent leur éclat dès que nos pensées nous empêchent de les regarder comme il faudrait?

Pourquoi moi ? (...) Il dit : parce que tu n'es pas du tout comme les autres, parce qu'on ne voit que toi sans que tu t'en rendes compte. Il ajoute cette phrase, pour moi inoubliable : parce que tu partiras et que nous resterons.
J'ai les larmes aux yeux en recopiant les mots.
Le sentiment amoureux, il me transporte, il me rend heureux. Mais il me brûle aussi, il m'est douloureux, comme sont douloureuses toutes les amours impossibles.


J'écoute uniquement les chansons, parce qu'elles disent la vérité. Plus elles sont bêtes, plus elles sont vraies. D'ailleurs, elles ne sont pas bêtes. Qu'est-ce qu'elles disent ? Elles disent : « Ne me quitte pas... Ton absence a brisé ma vie... » Ou « Je suis une maison vide sans toi... Laisse-moi devenir l'ombre de ton ombre... » Ou bien « Sans amour, on n'est rien du tout... »



J'ai dix-sept ans.
Je ne sais pas que je n'aurai plus jamais dix-sept ans, je ne sais pas que la jeunesse, ça ne dure pas, que ça n'est qu'un instant, que ça disparaît et quand on s'en rend compte il est trop tard, c'est fini, elle s'est volatilisée, on l'a perdue, certains autour de moi le pressentent et le disent pourtant, les adultes le répètent, mais je ne les écoute pas, leurs paroles roulent sur moi, ne s'accrochent pas, de l'eau sur les plumes d'un canard, je suis un idiot, un idiot insouciant.

Nous ne sommes plus ce que nous avons été. Le temps a passé, la vie nous a roulé dessus, elle nous a modifiés, transformés. Nous ne nous reconnaîtrons pas. Peu importe que l'apparence ait été préservée, c'est le fond de ce que nous sommes qui n'a plus rien à voir.

Ecoutez un extrait de ce livre : 



"Arrête avec tes mensonges" de Philippe Besson par Alexandra Lemasson

Bande son : 
Jean-Jacques GOLDMAN - Veiller tard


Wham - Wake me up before you go go


Kenny LOGGINS - Footlose


Jeanne MAS - Toute première fois


Cyndi LAUPER - Time after Time


Nena - 99 Luftballons


Paul Mc Cartney - Live and let die



Ressources :


La grande librairie :



On n'est pas couché






Le livre du jour - France Info

Bernard LEHUT en parle sur RTL 


Marque page

Bonne journée !

jeudi 9 février 2017

dans les jours prochains sur le blog :

Bonsoir a tous !

Difficile de trouver du temps quand on a une semaine bien remplie, ne croyez pas que je vous abandonne. Je travaille un peu en amont du blog, entre corrections et petites modifications plus ou moins visibles, je ne vous abandonne pas... juste difficile d'écrire des articles. Pourtant, je ne suis pas en panne d'écriture (ni de lecture d'ailleurs).
Voici les différents articles a venir sur le blog dans les prochains jours.

LIVRES :
Philippe BESSON - Arrête avec tes mensonges
Loulou ROBERT - Hope
Mathieu MENEGAUX - Un fils parfait
Alexandre JOLLIEN - Éloge de la faiblesse
Frédérique DEGHELT - Libertango
Cécile PIVOT - Comme d'habitude
Carole FIVES - Une femme au téléphone
Christophe ALEVEQUE - Bienvenue à Webland

JEUNESSE :
Susie MORGENSTERN - Mr GERSHWIN - Les gratte ciels de la musique
Brian Selznick - L'invention d'Hugo CABRET
Jean-Hugues MALINEAU - Dix dodus dindons et quatre coqs coquets

Curiosités :
François BUSNEL - Paris est une grande librairie
Dominique LESBROS - Ça se bouscule au portillon  - Mots et expressions cocasses ou pittoresques nés à Paris.
Dominique LESBROS - 100 Paris en un - Voyages dans une ville antique, romantique, atypique, belle époque, cosmopolite, souterraine, campagnarde, cinématographique...
Marie-Noëlle WENTZO - Voyage au fil des émotions


LIVRES AUDIO :
Imbolo M'Bue - Voici venir les rêveurs
Tahar BEN JELLOUN - Le terrorisme expliqué a nos enfants
Gaël FAYE - Petit Pays


Le programme est chargé, chargé, chargé...
Je vous parle de tout ça très vite !!!

Bonne soirée